Show Menu
SUJETS×

Imagerie dynamique

Qu’est-ce que l’imagerie dynamique ?

Grâce aux fonctionnalités d’IA d’Adobe Sensei, la technologie d’imagerie dynamique traite les « paramètres d’image prédéfinis » existants pour améliorer les performances de la diffusion d’images en optimisant automatiquement le format, la taille et la qualité des images selon les possibilités du navigateur client.
L’imagerie dynamique tire également parti de sa parfaite intégration dans un service de réseau de diffusion de contenu haut de gamme proposé par Adobe afin d’offrir un gain de performance accru. Ce service recherche l’itinéraire Internet optimal entre les serveurs, réseaux et points d’appairage ; c’est-à-dire l’itinéraire ayant une latence et/ou un taux de perte de paquets plus faibles que l’itinéraire par défaut sur Internet.
Les exemples de ressources d’image suivants illustrent l’optimisation supplémentaire qu’apporte l’imagerie dynamique :
Image
(URL)
Miniature
Taille
(JPEG)
Taille (WebP)
(avec imagerie dynamique)
% de réduction
73,75 Ko
45,92 Ko
38 %
191 Ko
70,66 Ko
63 %
96,64 Ko
39,44 Ko
59 %
315,80 Ko
178,19 Ko
44 %
Moyenne = 51 %
De la même manière que ci-dessus, Adobe a effectué un test avec 7 009 adresses URL provenant de sites clients actifs. L’imagerie dynamique a permis une optimisation supplémentaire moyenne de 38 % de la taille des fichiers JPEG et de 31 % pour les fichiers PNG au format WebP.

Quels sont les principaux avantages de la plus récente technologie d’imagerie dynamique ?

Les images sont les éléments qui demandent le plus de temps lors du chargement d’une page. Aussi, une amélioration des performances peut-elle avoir une incidence considérable sur les indicateurs IPC, tels qu’un taux de conversion plus élevé, une augmentation du temps passé sur le site et un taux de rebond moindre.
Améliorations apportées par la version la plus récente de l’imagerie dynamique :
  • Diffusion immédiate de contenus optimisés (au moment de l’exécution).
  • Mise en œuvre de la technologie Adobe Sensei pour effectuer la conversion en fonction de la qualité (qlt) spécifiée dans la demande d’image.
  • Possibilité de désactiver l’imagerie dynamique à l’aide du paramètre d’URL « bfc ».
  • Indépendance vis-à-vis du temps de vie (TTL). Auparavant, un TTL minimal de 12 heures était obligatoire pour le fonctionnement de l’imagerie dynamique.
  • Auparavant également, les images d’origine et dérivées étaient mises en cache et un processus en deux étapes était nécessaire pour invalider le cache. Avec la technologie d’imagerie dynamique la plus récente, seules les images dérivées sont mises en cache, ce qui rend possible un processus d’invalidation du cache en une seule étape.
  • Les clients qui utilisent des en-têtes personnalisés dans leurs jeux de règles (par exemple, « Timing-Allow-Origin », « X-Robot », comme suggéré dans la section Ajout d’une valeur d’en-tête personnalisée aux réponses d’image | Dynamic Media Classic ) bénéficieront de la toute dernière version de l’imagerie dynamique, car ces en-têtes ne sont pas bloqués, contrairement à la version précédente.

L’imagerie dynamique entraîne-t-elle des frais de licence ?

Non. L’imagerie dynamique est incluse dans votre licence Dynamic Media Classic (Scene7) ou AEM Dynamic Media (on-premise, AMS et AEM as a Cloud Service).
L’imagerie dynamique n’est pas disponible pour les utilisateurs Dynamic Media – Hybrid.

Comment fonctionne l’imagerie dynamique ?

L’imagerie dynamique utilise Adobe Sensei pour convertir automatiquement les images en optimisant au maximum le format, la taille et la qualité, selon les fonctionnalités du navigateur :
  • Conversion automatique au format WebP pour les navigateurs tels que Chrome, Firefox, Microsoft Edge, Android et Opera.
  • Conversion automatique au format JPEG2000 pour les navigateurs tels que Safari.
  • Conversion automatique au format JPEG pour les navigateurs tels qu’Internet Explorer 9+.
  • Pour les navigateurs qui ne prennent pas en charge ces formats, le format d’image demandé initialement est diffusé.
Si la taille de l’image d’origine est inférieure à celle produite par l’imagerie dynamique, l’image d’origine est diffusée.

Quels sont les formats d’image pris en charge ?

Les formats suivants sont pris en charge dans le cadre de l’imagerie dynamique :
  • JPEG
  • PNG

Comment l’imagerie dynamique fonctionne-t-elle avec les paramètres d’image prédéfinis qui sont déjà utilisés ?

L’imagerie dynamique fonctionne avec vos paramètres d’image prédéfinis existants et conserve tous vos paramètres d’image, à l’exception de la qualité (qlt) et du format (fmt) si le format de fichier demandé est JPEG ou PNG. Pour la conversion de format, nous conservons la qualité vidéo totale, telle qu’elle est définie par vos paramètres d’image prédéfinis, mais avec une plus petite taille de fichier. Si la taille de l’image d’origine est inférieure à celle produite par l’imagerie dynamique, l’image d’origine est diffusée.

Vais-je devoir modifier des URL ou des paramètres d’image prédéfinis, ou déployer du nouveau code sur mon site pour exploiter l’imagerie dynamique ?

Non. L’imagerie dynamique fonctionne parfaitement avec vos paramètres d’image prédéfinis et URL d’image existants. En outre, l’imagerie dynamique n’exige pas que vous ajoutiez du code sur votre site web pour détecter le navigateur d’un utilisateur. Tout cela est géré automatiquement.
Voir également Suis-je autorisé à utiliser l’imagerie dynamique ? pour connaître les conditions préalables requises pour l’imagerie dynamique.

L’imagerie dynamique est-elle compatible avec le protocole HTTPS ? Et qu’en est-il du protocole HTTP/2 ?

L’imagerie dynamique fonctionne avec les images diffusées sur HTTP ou HTTPS. Elle fonctionne également sur HTTP/2.

Puis-je utiliser l’imagerie dynamique ?

Pour pouvoir utiliser l’imagerie dynamique, le compte Dynamic Media Classic ou Dynamic Media sur AEM de votre entreprise doit répondre aux conditions suivantes :
  • Utiliser le réseau de diffusion de contenu (CDN) fourni par Adobe dans le cadre de votre licence.
  • Utiliser un domaine dédié (par exemple, images.company.com ou mycompany.scene7.com ), plutôt qu’un domaine générique (par exemple, s7d1.scene7.com , s7d2.scene7.com ou s7d13.scene7.com ).
Pour rechercher vos domaines, connectez-vous à votre (vos) compte(s) d’entreprise.
Appuyez sur Configuration > Configuration de l’application > Paramètres généraux . Recherchez le champ intitulé Nom du serveur publié . Si vous utilisez actuellement un domaine générique, vous pouvez demander une migration vers votre domaine personnalisé dans le cadre de cette transition lorsque vous soumettez un ticket de support technique.
Votre premier domaine personnalisé n’entraîne aucun coût supplémentaire avec une licence Dynamic Media.

Quelle est la marche à suivre afin d’activer l’imagerie dynamique pour mon compte ?

Vous devez envoyer la demande d’utilisation de l’imagerie dynamique ; elle n’est pas activée automatiquement.
  1. Envoyez une demande de support technique (à l’adresse : s7support@adobe.com ).
  2. Indiquez les informations suivantes dans votre demande de support :
    1. nom, adresse électronique et numéro de téléphone du contact principal.
    2. Tous les domaines à activer pour l’imagerie dynamique (c’est-à-dire images.company.com ou mycompany.scene7.com ).
      Pour rechercher vos domaines, connectez-vous à votre (vos) compte(s) d’entreprise.
      Cliquez sur Configuration > Configuration de l’application > Paramètres généraux .
      Recherchez le champ intitulé Nom du serveur publié .
    3. Vérifiez que vous utilisez le CDN via Adobe et non le CDN géré avec une relation directe.
    4. Vérifiez que vous utilisez un domaine dédié, tel que images.company.com ou mycompany.scene7.com , et non un domaine générique, tel que s7d1.scene7.com , s7d2.scene7.com ou s7d13.scene7.com .
      Pour rechercher vos domaines, connectez-vous à votre (vos) compte(s) d’entreprise.
      Cliquez sur Configuration > Configuration de l’application > Paramètres généraux .
      Recherchez le champ intitulé Nom du serveur publié . Si vous utilisez actuellement un domaine Dynamic Media Classic générique, vous pouvez demander une migration vers votre domaine personnalisé dans le cadre de cette transition.
    5. Indiquez s’il doit également fonctionner sur HTTP/2.
  3. Le support technique vous inscrira sur la liste d’attente des clients de l’imagerie dynamique en se basant sur l’ordre dans lequel les demandes ont été envoyées.
  4. Dès qu’Adobe est prêt à traiter votre demande, vous serez contacté par le support technique afin de programmer une date cible.
  5. Facultatif  : vous avez la possibilité de tester l’imagerie dynamique dans le cadre de l’évaluation avant qu’Adobe ne mette la nouvelle fonctionnalité en production.
  6. Une fois la procédure achevée, vous en serez informé par l’équipe de support.
  7. Pour tirer pleinement parti des améliorations de performances de l’imagerie dynamique, Adobe recommande de définir le délai d’expiration (TTL) sur 24 heures ou plus. Ce paramètre définit la période pendant laquelle les ressources sont mises en cache par le réseau de diffusion de contenu. Pour modifier ce paramètre :
    1. Si vous utilisez Dynamic Media Classic, cliquez sur Configuration > Configuration de l’application > Configuration de la publication > Serveur d’images . Définissez la valeur Délai d’expiration par défaut du cache de client sur 24 ou plus.
    2. Si vous utilisez Dynamic Media, procédez comme suit . Définissez la valeur Expiration sur 24 heures ou plus.

Dans quel délai puis-je m’attendre à ce que l’imagerie dynamique soit activée pour mon compte ?

Les demandes sont traitées dans l’ordre de réception par l’équipe du support technique, suivant la liste d’attente.
Le délai d’exécution peut être relativement long, car l’activation de l’imagerie dynamique implique qu’Adobe efface le cache. Seul un petit nombre de transitions peut donc être traité simultanément.

Quels sont les risques liés au passage à l’imagerie dynamique ?

La page web d’un client ne présente aucun risque. Cependant, vous devez savoir que le passage à l’imagerie dynamique efface votre cache sur le réseau de diffusion de contenu, car cela suppose une migration vers une nouvelle configuration de Dynamic Media Classic ou Dynamic Media sur AEM.
Au cours de la transition initiale, les images non mises en cache accèdent directement aux serveurs d’origine d’Adobe jusqu’à ce que le cache soit reconstitué. C’est pour cette raison qu’Adobe prévoit de ne gérer que quelques transitions à la fois afin d’offrir des performances acceptables lors de l’extraction des demandes de notre site d’origine. Pour la plupart des utilisateurs, le cache est entièrement reconstitué au niveau du réseau CDN sous 1 à 2 jours.

Comment puis-je vérifier si l’imagerie dynamique fonctionne comme prévu ?

  1. Une fois que l’imagerie dynamique est activée sur votre compte, chargez une URL d’image Dynamic Media Classic (Scene7)/Dynamic Media sur le navigateur.
  2. Ouvrez le volet de Chrome pour les développeurs en cliquant sur Afficher > Développeur > Outils de développement dans le navigateur. Vous pouvez également sélectionner l’outil de développement de navigateur de votre choix.
  3. Assurez-vous que le cache est désactivé lorsque les outils de développement sont ouverts.
    • Sous Windows, accédez aux paramètres dans le volet de l’outil de développement, puis cochez la case Désactiver le cache (lorsque les outils de développement sont ouverts) .
    • Sous Mac, dans le volet Développeur, sous l’onglet Réseau , sélectionnez désactiver le cache .
  4. Observez que le type de contenu est converti au format approprié. L’écran ci-dessous illustre la conversion dynamique d’une image PNG au format WebP sur Chrome.
  5. Répétez ce test sur d’autres navigateurs et avec différentes conditions d’utilisation.
Toutes les images ne sont pas converties. L’imagerie dynamique détermine si la conversion est requise en vue d’améliorer les performances. Dans certains cas, si aucune amélioration des performances n’est attendue, ou que le format n’est pas JPEG ou PNG, l’image n’est pas convertie.

Est-il possible de désactiver l’imagerie dynamique quelle que soit la raison ?

Oui. Vous pouvez désactiver l’imagerie dynamique en ajoutant le modificateur bfc=off à l’URL.

Quel « réglage » est disponible ? Existe-t-il des paramètres ou des comportements pouvant être définis ? (#tuning-settings)

Actuellement, vous pouvez éventuellement activer ou désactiver l’imagerie dynamique. Aucun autre réglage n’est disponible.

Si l’imagerie dynamique gère les paramètres de qualité, existe-t-il des valeurs minimales et maximales que nous pouvons définir ? Par exemple, est-il possible de définir une qualité « non inférieure à 60 » et « non supérieure à 80 » ? (#minimum-maximum)

Il n’existe aucune fonctionnalité de configuration de ce type dans la technologie actuelle d’imagerie dynamique.

Dans certains cas, c’est une image JPEG qui est renvoyée au navigateur Chrome au lieu d’une image WebP. Pourquoi cela arrive-t-il ? (#jpeg-webp)

L’imagerie dynamique détermine si la conversion apporte ou non un bénéfice. Elle ne renvoie la nouvelle image que si la conversion parvient à réduire la taille du fichier avec une qualité comparable.